TEXTE OFFICIEL : Classe terminale : l’œuvre
L’œuvre est perpétuellement remise en cause dans ses fondements traditionnels comme unique, achevée et autonome. D’autres modalités de création se développent, tributaires du développement des objets et des images (production, reproduction, diffusion, etc.), dont les enjeux peuvent aussi être posés à travers la question du photographique. Instruments critiques et esthétiques d’une lecture de la modernité, les problématiques photographiques offrent des clés de lecture pour aborder les questions de l’œuvre. « Faire œuvre » engage le processus créatif de manière globale et ne se limite donc pas à la production d’une œuvre d’art. Il s’agit ici d’appréhender les dynamiques qu’entretient la création avec les éléments concrets qui consacrent ses réalisations : rapports à l’actualité artistique et esthétique, rapports aux étapes de la reconnaissance, condition de sa réception sensible dans les espaces culturels les plus ouverts.
Depuis les avant-gardes historiques, l’œuvre est confrontée à la production en masse des photographies.
Œuvre, filiation et ruptures
Ce point du programme est à aborder sous l’angle d’une interrogation de la pratique et de ses résultats formels au regard des critères institués à différentes époques. Être moderne ou antimoderne, en rupture ou dans une tradition. Penser sa pratique à l’aune des valeurs relatives au présent et dans l’histoire. Faire état de stratégie, goût, sincérité. Suivre, opérer des déplacements, transgresser, etc.
Le chemin de l’œuvre
Ce point du programme est à aborder sous l’angle d’une analyse du processus global qui fait suite à l’intuition et à la réflexion : la formalisation de l’œuvre engage les modes de sa diffusion, de son exposition et des commentaires qu’elle suscite. Ce cheminement de l’œuvre mobilise des rapports aux techniques et induit des choix plastiques déterminants pour porter l’œuvre en en servant le projet esthétique intrinsèque.
L’espace du sensible
Ce point du programme est à aborder sous l’angle de la relation de l’œuvre au spectateur. Comment réfléchir la mise en situation de l’œuvre dans les espaces de monstration, prendre en compte les éléments techniques classiques, du socle à la cimaise, jusqu’aux conditions les plus ouvertes, de la projection à l’installation ou tous autres dispositifs. Les conditions de la perception sensible (regard, sensation, lecture, etc.) sont à anticiper dans l’élaboration formelle du projet plastique.
L’œuvre, le monde
Ce point du programme est à aborder sous l’angle du dialogue de l’œuvre avec la diversité des cultures. Le contexte mondialisé de l’appréhension de l’œuvre met en tension la singularité culturelle qui préside à la création et la dimension globalisée des sensibilités qui lui assurent son existence. Cette tension entre la dimension locale et mondiale de l’œuvre en posera les enjeux éthiques et politiques afin de développer l’ambition d’une pensée humaniste. À travers sa pratique plastique, l’élève de terminale doit se doter d’outils intellectuels qui lui permettent l’exercice de la pensée critique et du discernement.
En relation avec cette question, un programme limitatif de trois questions renouvelables porte sur la mise en relation de trois œuvres importantes, choisies de manière à favoriser une étude approfondie (technique, plastique, symbolique et poétique). Les deux premières œuvres sont inscrites dans la production du XXème siècle, la troisième appartient obligatoirement à une période antérieure.
Publicités